Bienvenue sur le BLOG  ...


Comme tout le monde ne possède pas de compte Facebook ou autres réseaux sociaux, nous avons pensé qu'un blog serait le bienvenu afin de partager avec vous tout ce qui aurait attrait à l'approche "à l'écoute du chien" , videos, articles ... ainsi que les infos juger importantes afin de vivre au mieux avec nos chers compagnons...

 

Alors bonne visite à vous tous

 

Bien à vous

 

 

Votre éducatrice


Les fondements de CHIEN LIBRE

Une petite vidéo qui résume un état d'esprit, celui d'un grand monsieur que je n'ai pas eu l'honneur de rencontrer mais dont la dévotion et les nombreuses remises en question pour le Chien m'ont touché et ont donné du sens à ma conception du métier d'éducateur canin. Une philosophie de vie à ne pas oublier et à partager ...

 

Merci à vous Dédé ... 

Pour approfondir cette méthode, un forum : http://chienlibre.forumsactifs.com/

Enquête de One Voice : à l'école de la peur

Un article poignant et dénonciateur des pratiques moyenâgeuse trop souvent constatées chez de soit disant professionnels du Chien ... Aucune remise en question de leur connaissances pourtant obsolètes.

 

Leur leitmotiv : la hiérarchie, la dominance, et la violence

 

Ne fermons plus les yeux ! 

 

Le lien vers l'article:

https://one-voice.fr/fr/read/oZLFcumX4qsgEAWTn9QqUw

Capacité des chiens à lire les signaux de communication humaine

Extrait de l'émission "Les pouvoirs extraordinaires du corps humain" avec la participation du Dr.Charlotte Duranton en tant que spécialiste du comportement canin pour présenter les capacités des chiens à lire les signaux de communication humaine.

Attention : Cyanobactéries dans les plans d'eau !

 

A cette date (29 août 2017), au moins 10 départements sont touchés par la prolifération de cyanobactéries dans les plans d’eau. La baignade, la pêche et les activités aquatiques ont été interdites jusqu’à nouvel ordre dans certains lacs ou plans d’eau d’Auvergne, de la Loire, du Cher ou de la Vienne suite à la mort d’une dizaine de chiens qui s’y étaient baignés. 

 

Retrouvez la suite de l'article sur :

http://docteurtamalou.fr/cyanobacteries-plans-deau-baignade-interdite-10-departements/

 

Citation ...

Une petite citation pleine de bon sens ... A méditer ...

Dans la peau des animaux - Laila Del Monte sur France 5

Une vidéo très intéressante sur la communication intuitive. A partager pour un regard encore plus ouvert sur la relation à l'animal ... 

0 commentaires

L'importance de l'allure de marche en balade

Voici une petite vidéo illustrant l'importance de la vitesse de marche lorsqu'on se balade avec nos compagnons. 

En effet, notre vitesse de marche traduit une énergie, une dynamique, perceptible par le chien. Cette cadence va, par répercutions, stimuler le chien et influencer sa propre énergie... 
La preuve en image... 
- Dans la première partie je marche à l'allure que, dans notre approche, nous appelons "le pas de sénateur", un pas très lent. On voit clairement que chez Fidji cela se traduit elle aussi par une allure décontractée au pas et un intérêt pour son environnement proche. Pour Gao, l'envie d'explorer les alentours se fait sentir (regard porté au loin, fixation...) mais il y renonce sans que j'ai besoin de lui demander quoi que ce soit, il n'est simplement pas renforcé dans son intention et revient à l'énergie calme et détendue du groupe. Nous nous baladons ensemble tranquillement... 
- Dans la seconde partie je force un peu l'allure de mon pas et marche à un rythme plus "classique". On voit très nettement chez Gao que l'intention d'explorer est toujours présente mais cette fois ci il n'y renonce pas, il part... ce qui m'aurais obligé à lui demander de laisser si j'avais souhaité qu'il y renonce... tout aussi nettement chez Fidji on constate une allure plus rapide, elle trottine et ... porte de l'intérêt à la dérobade de Gao...
Si notre but au travers de la balade est simplement de se détendre (aussi bien humain que chien) Il est donc important de rester cohérent et de soigner notre allure de marche pour apprendre à nos chiens à se balader calmement, sans excitation...
4 commentaires

Dominance, hiérachie, folklore et certitude...

article réalisé par la SPA de Besançon ...

 

- Rex, menacant son maître et un vétérinaire lors d'une consultation est qualifié de « dominant ».

- Médor, en laisse, grognant et hérissant le poil au croisement d’un congénère est affublé du même titre « dominant », par ses maîtres, qui l’expliquent à qui veut l’entendre.

- Youki n’obéissant pas plus à l’ordre « assis » qu’aux explications de sa maîtresse : « je veux que tu poses tes fesses par terre ! », est de toute évidence également touché par le même mal : « dominant » assurément.

 

Le chien est-il intrinsèquement dominant? Y a-t-il un problème de hiérarchie ? Etes-vous un vrai chef de meute (ou pire « famille-meute ») ?

 

Les solutions et prescriptions affirmées de façon péremptoire par les « cynophiles » ne manquent pas : manger dans sa gamelle, voit-on dans une émission de télé-réalité, s’accoupler devant le chien affirmait un autre professionnel médiatique, ne plus monter sur le canapé, ne pas le laisser franchir les portes en premier, interdire des pièces, renvoyer le chien au panier dès qu’il met une patte en dehors, retirer la gamelle, mordre le chien à l’oreille, le plaquer sur le dos, lui « apprendre » la soumission ; sans parler des divers gadgets technologiques : martinets, collier électriques, cages, clickers, etc..« Assis, couché, pas bouger ! » sur l’autel de la hiérarchie, à la moindre sollicitation ou réponse indésirable du chien, les positions servent également à répéter inlassablement : « je suis le chef »...

 

Dans la confusion entre autorité et autoritarisme, les recettes pour s’imposer sont souvent de l’ordre de la maltraitance.Le fouillis de ce vocabulaire et ces concepts aussi vagues qu’infondés, sont largement véhiculés par une certaine littérature et les on-dit.

 

L’origine de tout cela remonte sûrement aux premières observations du comportement social du loup. On croyait à l’époque qu’il n’y avait jamais aucune fluctuation dans une organisation sociale linéaire (A domine B, B domine C, donc A domine C). Et plus on les observe, plus on s’écarte de ces théories hâtives et rigides.

 

Ce qui s’ensuit, fut sûrement de transposer ce schéma social du loup au chien familier. Sachant que tous les chiens descendent du loup (et font même partie de la même espèce), on oublia que la biologie, le développement le comportement et l’habitat de ces deux canidés n’ont plus rien à voir. Et que les transformations profondes dues à la domestication, ou l’imprégnation sont aussi irréversibles qu’importantes.

Au risque d’utiliser un terme étonnant, il faut dire que le chien familier est un animal captif. Qui n’assouvit rien sans l’aval de l’homme (alimentation, excrétion, reproduction, sommeil, etc.)

 

Sa communication à l’intérieur de son espèce étant déjà réduite au minimum (en encore ne parlons pas des chiens aux oreilles coupées, queue, museaux aplatis, ou yeux cachés sous le poil). Savez-vous que le loup utilise ses vingt quatre muscles faciaux pour communiquer ? Le chien, lui n’en a plus que douze.

 

Donc le pire fut de penser qu’on peut hiérarchiser deux espèces : l’Homme et le Chien familier, qui cohabitent et communiquent avec des codes sociaux extrêmement différents.

 

Le maître n’est pas un chien, s’adapter aux moyens de communication et de perception d’une espèce ne signifie pas singer des comportements emblématiques sortis de leur contexte.

 

Les moyens de communications rudimentaires du chien familier et la difficulté pour l’homme à les interpréter, fait dire aujourd’hui aux éthologues et comportementalistes qu’il ne peut exister d’organisation sociale entre l’homme et le chien. Leurs moyens de communication ne se comparent pas.

 

Un chien ne se figure pas que Papa commande, en dessous, il y a Maman, et encore au dessus de lui les enfants ! La hiérarchie n’a pourtant jamais un caractère permanent. Et ne correspond qu’à l’action et la réaction, dans un contexte précis, entre deux individus. La dominance ne peut donc s’exprimer que de façon ponctuelle et uniquement duelle.

 

Malheureusement, pour le maître, croire que décider quelque chose et y contraindre le chien, signifie que la hiérarchie est établie ou qu’ainsi elle se renforce. Et c’est souvent là l’origine de la dégradation relationnelle que constate le comportementaliste lors des entretiens.

 

L’objectif ouvertement reconnu de dominer son chien ne devrait plus exister aujourd’hui. Un vrai leader n’impose pas son statut par la force, il se mérite. Et cela passe par l’empathie et la compréhension de la communication de l’autre espèce. Proposer, être suivi, investi de la confiance d’un animal, n’a rien à voir avec la contrainte. - L’incompréhension et l’anthropomorphisme* sont donc le plus souvent responsables de ces dégradations relationnelles. - Mais on peut aussi voir la peur. Peur du maître de mal-faire, de se laisser déborder. - Tout comme la mauvaise foi : Et si Rex menaçait pour se défendre ? Et si Médor était simplement mal socialisé, ou si peureux, bloqué par cette courte laisse qu’il n’ait pas d’autre ressource que de grogner ? Et si Youki ne savait tout simplement pas ce que veut dire le son « assis » ?

 

Certes ces hypothèses sont sûrement moins valorisantes pour le maître que d’étiqueter son chien comme « dominant » !

 

*Anthropomorphisme : " tendance à attribuer les sentiments, les passions, les actes, et les traits de l'homme à ce qui n'est pas homme "


0 commentaires

les comportements inadaptés en groupe

exercice: savoir repérer les tensions dans un groupe

merci à Alice pour le montage video :D !

le travail de nos chiens en groupe nous permet de révéler certains problèmes de comportement.
En permettant à notre chien de rencontrer régulièrement des congénères adultes, nous pouvons l'aider à retrouver un équilibre de vie et une communication plus saine.

 

sur cette video nous avons voulu vous montrer un exemple de comportement inadapté et ses répercussions sur l'ensemble du groupe: ici le problème d'un chien ayant du mal à gérer ses émotions au quotidien.

2 commentaires

"Tu attends, je reviens"

cet exercice vise avant tout à apprendre au chien à rester calme et ne pas stresser pendant nos absences.... il y a 2 façons différentes de travailler cet exercice:

 
1. objectif : habituer le chien au rituel de départ:
à chaque fois que vous allez vous séparer de votre chien ( c'est à dire lorsque vous partez de la maison pour le travail ou autre raison, mais aussi  en voiture pour aller faire des courses, ou aller chercher le pain..., si vous aller prendre votre douche, si vous allez vous coucher, si vous aller chercher le courrier, etc...) à chaque fois faites lui face avec votre corps et dites lui "tu attends, je reviens" sur un ton calme et serein puis suivi de "c'est biiiien tu attends" (toujours sur un ton calme et apaisant) en lui faisant toujours face, puis partez normalement... sans plus le regarder
 
2. objectif: ici on vise à vraiment faire comprendre au chien ce qu'on attends de lui : rester calme et serein...
voici un lien avec 2 videos que j'ai faites  http://forum.a-l-ecoute-du-chien.org/viewtopic.php?f=11&t=210  ces videos (que vous pouvez également retrouvez ci-dessous) ont été faites à mes débuts de la pratique de la méthode, il y a donc un certain nombre d'erreurs, et il est donc très important de lire l'analyse qui suit les videos dans le lien car elles vous aideront à mieux comprendre l'exercice.
 
en résumé: à l'aide d'une barrière de séparation (pas une porte car le chien doit pouvoir nous observer) vous allez procéder de la manière suivante:
- je me positionne du coté de la barrière où je souhaite que le chien attende, je l'invite à m'y rejoindre (ex: "Titou, tu viens me vois?") lorsque le chien me rejoint je le félicite ( "c'est biiien viens me voir" + caresse)
- puis je vais me placer devant la sortie en faisant face à mon chien en lui disant "tu attends, je reviens" (en faisant face au chien, ici je lui indique par mon corps de ne pas me suivre, je suis donc cohérente. puis je recule pour passer de l'autre coté de la barrière (là où il n'y a pas le chien) toujours en restant face  à mon chien
- tout en fermant la barrière je lui dis "c'est biiiien tu attends" sur un ton calme et serein
- ensuite il faudra vous adapter à ce que vous propose votre chien (ceci est très important car ce qui compte ne l'oubliez pas c'est que le chien reste détendu et calme!!!):
 
situation 1. si le chien reste serein et détendu: je poursuit l'exercice, en restant derrière la barrière, je vais calmement faire des pas chassés en continuant à dire "c'est biiien tu attends" , "c'est biiiien tu attends" en boucle jusqu'à réouvrir la barrière et le rejoindre. lorsque je le rejoint, je pense à bien refermer la barrière derrière moi et je vais lui faire une belle caresse apaisante puis le libérer par 2 petites tapes en disant "c'est fini" puis ouvirir et sortir avec le chien...
 
situation2 : le chien montre des difficultés à rester calme, essaye de me rejoindre etc... j'ai certainement été "trop loin" dans l'exercice du coup mon chien me le témoigne par son stress, son excitation... il faudra donc recommencer un autre jour  (surtout pas tout de suite!!!) et en en faisant un peu moins, par exemple: juste passer derrière la barrière faire mine de fermer puis tout de suite rouvrir pour rejoindre mon chien, ou juste fermer la barrière puis de suite la réouvrir pour rejoindre mon chien en lui disant c'est biiien tu attends puis "c'est fini" + petite tape pour le "liberer" etc... à vous de voir comment votre chien va réagir à l'exercice et de vous adaptez...
 
comme l'important est que le chien réussisse l'exercice le mieux étant de commencer en en demandant peu pour ne pas le mettre en échec puis d'augmenter progressivement la difficulté....
 
vous pouvez faire cet exercice un peu tout les jours (pas plus d'une fois par jour) en plus du fait de le dire régulièrement pour habituer le chien au rituel...

exercice "tu attends, je reviens" avec Fidji

"tu attends, je reviens" avec Gao

0 commentaires

travail au portail... (video par Nadine Chastang)


autre vidéo de Nadine Chastang (Esprit canin 33).
rencontre de chiens au portail dans le cadre du stage à Giscos:
objectif:
je cite Nadine car sa description est très claire et résume très bien le pourquoi de ce premier travail au portail avant de faire entrer un chien sur le terrain où déjà d'autres chiens sont présents:
"La rencontre au portail permet à l'éducateur d'avoir des infos sur les chiens qui se rencontrent, permet aussi aux maîtres d'apprendre à décrypter certains signaux qui peuvent annoncer une charge et à réagir à certaines circonstances en sécurité."

0 commentaires

Glossaire des mots à employer dans l'approche "à l'écoute du chien"


(repris du forum "à l'écoute du chien" Merci à Claire Massé pour ce glossaire très complet et bien expliqué!!! :) )

Comme vous avez pu le remarquer, nous utilisons un vocabulaire et une intonation qui n'ont rien à voir avec ce qui est préconisé d'une manière générale dans l'éducation canine.

Pour bon nombre de personnes il est difficile d'accepter de parler ainsi à son chien, difficile de tolérer les regards extérieurs… Surtout quand la coutume veut que nous parlions à nos chiens de manière brève, sèche et sur le ton de l'impératif bien souvent.

Le p'tit nom:
Ici chaque invitation est précédée du p'tit nom d'amour de notre chien. Cela nous permet d'interpeller le chien pour lui signifier que nous allons lui demander quelque chose.
Exp: « Mon Tiloulou? Tu restes avec moi? »
Nous veillons à utiliser le nom du chien le plus rarement possible. De façon à ce qu'il agisse comme un « super signal ». Car souvent, en étant trop utilisé, il n'a plus d'impact sur le chien...
Dans les situations d'apprentissages, même si le chien ne répond pas tout de suite à notre demande, il faut garder l'habitude d'employer ce p'tit nom 2/3 fois avant d'utiliser le nom du chien. Ainsi petit à petit, à mesure des micro-progrès du couple maitre-chien, la coopération se fera plus rapidement sans avoir à utiliser le nom.
Nous le gardons donc pour des situations critiques où le chien fixe, n'écoute pas/plus son maitre, quand la situation est dangereuse.

L'intonation:
L'intonation chantante d'une voix gorgée de soleil a une grande importance. Elle nous permet de rester dans l'invitation sans tomber dans l'autoritarisme.
Ainsi, dès que nous percevons que le chien est interpellé par ce que nous lui demandons, nous commençons à le féliciter.
La félicitation, dès l'amorce de l'intérêt du chien jusqu'à la finalité de l'action, permet de garder le contact avec lui, de ne pas couper la communication, de l'encourager dans son effort/son écoute...
Exp: « C'est bieeen tu restes... C'est bieeen tu restes... C'est bieeen tu restes...etc...»
Selon le degré d'écoute, la complicité auxquels sont arrivés le chien et son maitre, il faudra: féliciter tout au long de l'action, de temps à autre ou juste une fois quand l'action est amorcée.
Il est aussi bon de savoir s'adapter au chien du point de vue de l'intonation. En effet certains chiens monteront vite en excitation face à une voix trop joyeuse, il faudra donc trouver une tonalité plus neutre sans être ferme.

Le choix des mots:
Le lexique qui suit est le fruit d'un travail sérieux, une recherche de tournures de phrases ayant une musique adaptée. Nous sommes donc exigeants quant à l'utilisation des bons mots pour formuler les invitations à nos chiens.

Voici donc un glossaire des invitations que nous utilisons avec nos chiens.

Pour le rappel:
Tu viens me voir ? ==> C'est bieeen viens me voir !
Attention à ne plus dire le "tu" dans la félicitation.

Pour lui demander de revenir vers nous, sans imposer un rappel
Demi-tour? ==> C'est bieeen demi-tour

Pour lui demander d'attendre:
Tu attends ? ==> C'est bieeen tu attends
Tu attends, je reviens? ==> C'est bieeen tu attends
La différence entre les deux est qu'avec le « tu attends, je reviens? » le chien va apprendre à attendre notre retour là où nous l'avons laissé.
Alors qu'avec un « tu attends? » nous pouvons demander et stopper l'action d'attente à distance.

Pour lui demander de rester à nos côtés, une sorte de « au pied! »... sans que le chien ait l’obligation de garder sa tête collée à notre jambe. Là le chien se doit juste de rester dans le périmètre défini par son maitre.
Tu restes avec moi ? ==> C'est bieeen tu restes
Cette félicitation peut être accompagnée d'une douce caresse sur le plat de la joue du chien quand il est assez proche.

Pour lui demander de rester sur le bord du chemin, sur le trottoir
Tu vas au bord? ==> C'est bieeen au bord

Pour lui demander de laisser des « êtres vivants »: chien derrière son grillage, animaux dans les prés, chien croisé en balade...
Tu le laisses ? ==> C'est bieeen tu le laisses

Pour lui demander de laisser diverses choses: de la nourriture, des victuailles douteuses trouvées en balade...
Tu laisses ? ==> C'est bieeen tu laisses
Ici nous n'utilisons pas le « le ». Même si dans les premiers temps de l'apprentissage il est bon de l'ajouter car il aide à garder une mélodie plus douce dans la phrase... l'agacement étant hélas trop vite présent au début.

Pour lui demander de laisser des personnes croisées en balade nous n'utilisons pas le « tu laisses? » car cette invitation donne des frissons aux personnes croisées! Mais plutôt...
Tu laisses passer? ==> C'est bieeen tu laisses passer

Pour lui apprendre à donner ce qu'il a en gueule, il existe un travail qui s'appuie sur le troc.
Tu donnes ? ==> C'est bieeen donne
Tu prends? ==> C'est bieeen prend.

D'autres demandes qui coulent de sens...
Tu montes ? ==> C'est bieeen monte
Tu descends ? ==> C'est bieeen descend
Tu rentres ? ==> C'est bieeen rentre
Tu sors? ==> C'est bieeen sors
Tu te pousses? ==> C'est bieeen tu te pousses
Tu avances ? ==> C'est bieeen avance

C'est fini !
Très très importants ces deux petits mots. Grâce à eux le chien comprend que l'action est achevée, qu'il peut vaquer à ses occupations comme bon lui semble.
En prononçant ces deux mots nous coupons la communication avec notre chien. Il faut veiller à ne plus le regarder, sinon cela reviendrait à lui mentir, notre regard agissant comme une recherche d'interaction avec lui.

Nous utilisons aussi le « c'est fini » pour stopper les aboiements du chien. Quand il aboie pour nous signaler la présence de quelqu'un nous le félicitons puis lui indiquons que nous prenons le relai ==> « C'est bieeen! C'est fini! »

A bannir...
« Allez! » ==> Il n'est en rien utile, il traduit juste l'état d'esprit de la personne: son impatience, sa nervosité, la peur de l'échec.
« Doucement! »==> Par acquis de bonne conscience le maitre ajoute ce mot pour canaliser son chien. Il pense qu'ainsi son chien va ralentir, agir en douceur. Ce qui bien souvent produit l'effet inverse, ce mot mettant en alerte le chien!

Le silence, l'ignorance...
Comment ça le silence? Mais ce n'est pas un mot!!!
Et pourtant en nous taisant nous aidons le chien à être plus vigilant à nos demandes.
A force de lui parler pour ne rien dire, à force de le rappeler à l'ordre pour un oui et pour un non, à force de le suivre du regard, à force de la papouiller nous le « soûlons »...
Et un chien sans cesse sollicité ne peut être serein, pleinement disponible pour les apprentissages. Bien au contraire, il construit une barrière pour se préserver, il fait la sourde oreille...
Dédé aimait dire et redire que « le silence est d'or »! Car « moins tu parles moins tu dis de conneries!!!! »

Merci à Claire Massé pour ce glossaire très complet et bien expliqué!!!

 


2 commentaires

Exercice de la balançoire... (video par Nadine Chastang)


ici aussi cette vidéo à été réalisée par Nadine Chastang (Esprit canin33) durant le stage de sociabilité à Giscos... merci à Nadine pour toutes ces vidéos très instructives :)

 


3 commentaires

Exercice de sociabilité... (video par Nadine Chastang)


voici une vidéo très intéressante que j'ai choisi de vous faire partager... cela s'est déroulé au stage de sociabilité organisé par Nadine Chastang (Esprit canin 33) où nous avons participer avec Fidji et Gao ... a vous de jouer pour l'analyse video ;)

 


0 commentaires

Le rappel: "tu viens me voir?"


la vidéo n'est pas très nette, mais on voit que avant de formuler la demande "Fidji, Gao, tu viens me voir?" Gao a déjà perçu ma gestuelle et me regarde... lorsque je lui demande verbalement de me rejoindre, il est donc déjà attentif et réceptif grâce à la gestuelle (corps de profil)
pour Fidji, elle revient plus tranquillement au trot et au moment de la demande, elle était intéressée, stimulée par une odeur, donc moins réceptive que Gao.
donc si je ne continue pas de l'encourager verbalement durant le rappel, on peut penser qu'elle pourrait peut être choisir de retourner à sa balade et "lire sa gazette" ...
d'où l'importance de ne pas "perdre le contact" lorsqu'on sollicite le chien pour le rappel, jusqu'au contact!!!!
ce qui est différent du "demi-tour" ou on ne demande pas au chien de revenir jusqu'à nous mais simplement de revenir dans un périmètre autour de nous...
0 commentaires

Les renforcements...


Les renforcements

Qu’est-ce qu’un renforcement ?

C’est une « action » qui encourage un comportement immédiat et qui va augmenter la probabilité qu'il soit reproduit de nouveau.

 

Il y a différentes manières de renforcer les actions, comportements de notre chien : par la voix, le regard, nos mimiques, un sourire, la caresse, nos émotions… et simplement par notre présence.

 

On va retrouver des renforcements conscients et des renforcements inconscients de la part de l’humain. Certaines fois, on peut renforcer un comportement sans le vouloir parce qu’on n’a pas vu une action dans sa globalité, parce qu’on a mal interprété un comportement, parce qu’on n’a pas été dans le bon timing. Je m’explique. Pour renforcer un comportement, il y a un moment précis pour que le chien comprenne qu’on félicite ce comportement, cela peut se jouer à des centièmes de seconde…

 

Dans ce même exemple, lorsque les deux chiens se jaugeaient, il pourrait suffire qu’un des maîtres parlent à son chien pour qu’une bagarre éclate.

 

Lorsque les personnes utilisent le conditionnement pour le dressage du chien, elles s’intéressent au comportement observable et renforce celui-ci. Or il faut faire attention à ce que pense le chien au moment où il adopte un comportement. Par exemple, un chien qui a tendance à charger les autres chiens dans son approche parce qu’il a peur, s'il est renforcé lorsqu’il regarde un chien calmement, peut être néfaste pour sa progression. Si au moment où il observait l’autre chien calmement, il pensait faire fuir l’autre chien, on renforce ce comportement…

 

Lors d'une rencontre entre chiens, il est préférable que les maîtres ne soient pas près des chiens afin d'éviter de renforcer des comportements non voulus.
12 commentaires

Comment ne pas saluer un chien...


Petite affiche résumant bien les incohérences que nous pouvons commettre sans le savoir auprès des chiens...

 

Apprendre à communiquer avec nos compagnons par une gestuelle apropriée peut s'avérer très utile afin de nos pas commettre d'accidents, d'agressions pour lesquels nous jugerions, à tort, que la faute provient de "ce méchant chien" !!!

0 commentaires

Maniement de la longe


Voici une video réalisée par Nadine Chastang expliquant bien le maniement de la longe avec laquelle nous travaillons...

 

bon visionnage :)

0 commentaires

Le chien nous parle... (article de Nadine Chastang)


Le chien nous parle...

 

Il ne faut pas se tromper le chien est bel et bien un animal bavard. Il suffit de vouloir se pencher dans son monde et plus précisément dans la culture canine pour s’en apercevoir…  Il communique différemment de nous, c’est souvent pour cette raison qu’il y a incompréhension entre le maître et son chien. On entend souvent dire « il est têtu , il ne m’écoute pas »… Il faut avant tout se poser la question a-t-il bien compris notre demande, ce qu’on attendait de lui…

 

 Il faut garder en tête que les chiens communiquent entre eux par attitudes, gestuelles, mimiques, phéromones… Au départ, il ne connait pas notre verbal. Même si il est réceptif à notre intonation. Nous, en tant qu’être humain, avons perdu l’habitude de communiquer avec notre gestuelle, la parole a pris le pas… Or avec le chien, pour rester cohérent et se faire comprendre, nous devons essayer de retrouver cette cohérence. La gestuelle est très importante. En apprentissage, pour une demande faite, le chien va dans un premier temps pour essayer de comprendre se fier à votre gestuelle puisqu’il ne connait pas les paroles, il faut donc être sur de bien lui demander gestuellement.

 

Par exemple, lors du rappel, on voit souvent les maîtres se mettre face à leur chien et le regarder fixement. Dans ce cas-là, il est très difficile au chien de revenir car dans leur culture le fait d’être de face et de le regarder comme cela, signifie de ne pas bouger… On peut voir cet exemple-là entre une mère et ses chiots… Notre regard et attitude empêche donc le chien de venir nous retrouver à notre demande. Pour l’aider à comprendre ce que nous souhaitons, en gestuel,  il suffit de se mettre de profil et de ne pas le regarder fixement. Autre exemple, aussi parlant, on ne veut pas que le chien se dirige vers un endroit précis, tout en l’appelant on se dirige vers lui, le chien va continuer d’avancer vers le point qu’il a choisi… C’est bien normal car avec notre gestuelle, on l’informe qu’on le suit. Pour éviter de l’inciter, on doit plutôt partir dans un déplacement de biais par rapport à lui pour qu’il perçoive notre déplacement… Là on l’invite alors à nous suivre avec notre gestuelle…

 


0 commentaires